L’esprit de coopération des finalistes du dernier Turner Prize avait marqué les esprits. Partager, gagner moins mais gagner tous ensemble, voilà une attitude qui fut également mise en avant par le jeune artiste Jérémy Gobé lors de la table ronde « L’Art réchauffe-t-il le climat ? » organisée par Art of Change 21 : « on nous place en position de compétition, et jamais de coopération » avait-il déploré.

La solidarité se multiplie envers les soignants (en témoignent les nombreuses ventes aux enchères, comme celle organisée par Piasa – Laurent Dumas), envers les artistes (grâce aux soutiens comme ceux de la Fondation Warhol ou de la Fondation Antoine de Galbert), et aussi envers les galeries (notons l’initiative « Platform » de la galerie David Zwirner qui promeut d’autres galeries).

Fait plus marquant encore, la coopération et la solidarité entre artistes avance elle aussi avec la crise. L’artiste anglais Matthew Burrows lançait en mars dernier l’initiative mondiale Artist Support Pledge, fondée sur l’entraide entre artistes très émergents. Le principe est simple : un artiste met en vente des œuvres au prix maximum de 200 (£, $ ou €). Une fois 1000 (£, $ ou €) obtenus, il achète une oeuvre à 200 (£, $ ou €) à un autre artiste. Selon l’initiateur, le projet a déjà généré £20 millions de revenus pour les artistes.

En France, une action similaire a été lancée le 25 mars par le collectif Les Amis des Artistes co-fondé par Isabelle de Maison Rouge : l’artiste met en vente un choix d’œuvres, dont au moins une à moins de 500 euros. L’acheteur verse 70 % du prix directement à l’artiste et les 30 % restants sont au profit d’une association assurant leur distribution auprès d’autres artistes.

Retrouvez l’ensemble des articles d’Impact Art News n°18 – Avril 2020