Art of Change 21 – Comment vivez-vous et analysez-vous la pandémie actuelle ?
Lucy et Jorge Orta – Cette pandémie est la manifestation de tous les dérèglements qui se sont accumulés, la conséquence d’un débordement de notre comportement. C’est un accident, mais pas une surprise. La dévastation continuelle de la nature précède depuis longue date cette crise sanitaire. Cette pandémie va changer les choses, il y aura un avant et un après. Nous vivons en direct l’accélération et l’interdépendance totales qui caractérisent notre monde, cela peut nous aider à comprendre que les problèmes actuels ne peuvent être réglés que collectivement et à l’échelle planétaire. Ce sont les barrières qui empêchent la solution. Le « No Borders » est tout l’enjeu derrière notre projet Antarctica, c’est la condition pour se saisir d’un bien commun, comme la santé humaine ou le climat.

Durant notre confinement, nous avons une activité plus intense encore que d’habitude. Nous avons un sentiment d’urgence, il faut accélérer la prise de conscience de l’interdépendance des enjeux, et créer un changement collectif. Avec le confinement, nous accélérons aussi les dimensions digitales de nos activités. Avec lUniversité des Arts de Londres, nous allons animer la communauté digitale des 32 000 détenteurs du Passeport International Antarctique.

AOC21 – Comment en êtes-vous venus à intégrer l’environnement dans votre travail ?
L. & J.O. – Par le social ! Dès que l’on explore les raisons des grands enjeux sociaux, comme les mouvements migratoires au début de notre travail dès 1991, on ne peut que remarquer le rôle croissant des facteurs environnementaux. L’enjeu de la pénurie d’eau est ainsi arrivé dès 1995 dans nos thèmes de travail. Depuis, nous avons travaillé sur la quasi-totalité des enjeux environnementaux, la chute de la biodiversité, le gaspillage alimentaire, le climat, la pollution… ce qui nous intéresse est leur interdépendance. Se rendre en Antarctique, dans des conditions climatiques extrêmes, ou en Amazonie, nous permet d’aborder ces enjeux à partir de notre propre expérience sensible.

AOC21 – Dans quelles expositions devriez-vous être actuellement ?
L. & J.O. – Au Drawing Lab à Paris, qui a dû fermer ! Nous avons créé un nouveau film Symphony for Absent Wildlife sur la disparition des espèces pour l’exposition Courants Verts, à la Fondation EDF, qui devait ouvrir le 17 mars. Notre projet de purifier l’eau de l’Hudson River à New-York est également reporté. Et nous attendons le feu vert pour commencer une tournée du Bureau des passeports Antarctique dans différents musées d’Angleterre, avec comme étape finale la COP26 à Glasgow. Nous ne vivons pas ces annulations ou reports comme une épreuve, nous avons déjà près de quarante ans de création derrière nous, nous voulons les voir comme un passage obligé vers une ère nouvelle, notre optimisme n’a jamais été aussi grand !

Lucy and Jorge Orta / Drawing Lab, 2020 / Photo : Olivier Lechat

Plus d’informations sur Lucy et Jorge Orta, ici

Conversation avec Alice Audouin, Mars 2020.

Retrouvez l’ensemble des articles d’Impact Art News n°17 – Spécial COVID-19 – Mars 2020