De l’unique kaki ayant survécu à la bombe atomique qui a dévasté Nagasaki en 1945, l’arboriculteur Masayuki Ebinuma a prélevé des germes afin d’en faire des semis, et distribué plusieurs jeunes pousses aux enfants ayant visité la ville, comme symbole de paix. C’est en 1995 que l’artiste Tatsuo Miyajima présente lors d’une exposition plusieurs jeunes arbres issus de ces plantations. Ainsi est né le projet « Revive Time: Kaki Tree Project« . Depuis, le projet n’a de cesse de s’étendre d’écoles en écoles et ce dans le monde entier : Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie, Afrique… Cette initiative a permis de faire renaitre un membre de notre écosystème ravagé par les conflits humains, l’érigeant ainsi en un symbole de paix et de créativité, chaque enfant étant amené à s’exprimer artistiquement lors des nouvelles plantations. Une preuve que l’art transcende frontières, religions et origines, dans une lutte pour le maintien de la paix et le développement de l’imagination.

Plus d’informations ici

Retrouvez l’ensemble des articles de la Lettre #15 — Janvier 2020