Art of Change 21 – Quelles sont vos actualités ?
Thijs Bierteker – J’ai beaucoup de projets en cours. Je viens notamment de terminer deux expositions collectives: « Nous, les arbres » à la Fondation Cartier à Paris, où j’exposais une installation numérique en extérieur qui révélait la réaction des arbres à l’environnement grâce à une série de capteurs, et « Continuous Refle(a)ction » à Pékin avec mon œuvre Pollutive Ends, une installation d’art numérique sur l’impact environnemental d’un mégot de cigarette sur l’eau. J’ai actuellement une exposition à Dublin sur la pollution plastique des océans à la Science Gallery et je prépare un TEDmed à Boston sur la nécessité d’une collaboration entre l’art et la science sur le thème du changement climatique et des questions environnementales. Enfin, j’enseigne « Art, éthique et empathie » à l’Université de Technologie de Delft.

AOC21 – Comment en êtes-vous venu à intégrer les questions écologiques dans votre travail ?
T.J. – Ayant grandi près de l’océan, j’ai toujours eu un lien étroit avec la nature. À mesure que la pollution augmentait, mon désir de traiter ces questions environnementales à travers l’art est devenu un devoir. Je pense que l’environnement devrait être LE sujet d’intérêt de beaucoup plus d’artistes. Ma réflexion en tant qu’artiste sur les problèmes écologiques actuels à travers le prisme de la science est le point de départ, la prise de conscience plus globale du public sur ces sujets est le point d’arrivée.

AOC21 – Quels sont vos prochains projets ?
T.J. – Je travaille sur plusieurs nouvelles œuvres, autour du Mycelium, de la communication des arbres et la déforestation. Je monte un nouveau studio d’expérience scientifique appelé WOVEN, qui comprendra des installations artistiques et d’autres formes de communication unissant l’art et la science pour aider les universités et la recherche à sensibiliser le public. Des problématiques cruciales telles que le changement climatique n’atteignent pas suffisamment un public assez large et je pense que les artistes devraient jouer un rôle plus important pour y arriver. Avec Woven, nous travaillons sur une pièce autour de la découverte de la matière noire et sur une exposition secrète de déforestation.

Pour en savoir plus sur Thijs Biersteker, cliquez ici

Interview conduit par Alice Audouin

Retrouvez l’ensemble des articles d’Impact art News n°15 — Janvier 2020