L’artiste danois Jakob Kudsk Steensen s’intéresse à la manière dont la technologie et l’écologie peuvent s’entremêler pour créer de nouveaux récits. L’artiste qui a pour habitude de ressusciter des paysages et des écosystèmes disparus grâce aux outils technologiques (réalité virtuelle, simulation, animation, son), mène actuellement son nouveau projet « Places of the unexplored ». Il s’agit de documenter les formations de vie dans les marais salants, façonnés par la cristallisation, les algues et les bactéries, à partir d’un processus de recherche sur le terrain et auprès de spécialistes des questions de la préservation des espèces. Sa résidence de six mois à Luma Arles France qui s’achève ce mois-ci aura permis à Jakob Kudsk Steensen de s’imprégner de la région Camargue et d’une nature préservée par le sel, figée dans le temps et nourrissant nos imaginaires : l’artiste a réalisé plusieurs scans 3D qui immortalisent différents processus de cristallisation formés par des algues, des bactéries, du sel, de l’eau, du vent, et qui lui permettent ensuite de structurer un paysage reconstruit virtuellement. Un travail de recherche qui pousse l’artiste à s’interroger sur les différences d’échelles entre temps humain et temps géologique, une prise de conscience rendue possible par une étude attentive de l’évolution de la biodiversité. Des zones humides du Sud de la France à l’exploration des grottes de l’Ardèche, Jakob Kudsk Steensen met au jour les processus organiques qui contrôlent l’ensemble du vivant. Un projet qui permet de regrouper au sein d’un paysage unique l’ensemble de ces processus qui, invisibles à l’oeil nu, façonnent la vie.

Photo: Jakob Kudsk Steensen

Retrouvez l’ensemble des articles d’Impact Art News n°20 – Juin 2020