Pour son numéro de juillet / août 2020, Impact Art News vous propose de jouer à tester vos connaissances en matière d’art contemporain et d’environnement, avec notre Quizz !

Prêt(e) ? Voici 14 questions.
Vous avez 7 bonnes réponses ? Vous êtes déjà un connaisseur !
Vous avez 10 bonnes réponses ? Faites-le-nous savoir ! Nous souhaitons collaborer avec un expert comme vous !
Vous avez 14 bonnes réponses ? Vous êtes notre professeur !

Vérifiez vos résultats en bas de la lettre.

1/ Quel artiste collabore avec des araignées pour créer ses sculptures ? 

  • Mark Dion
  • Cai Guo-Qiang
  • Tomàs Saraceno
  • Nils-Udo

2/ Quelle œuvre est devenue l’emblème du climato-scepticisme de Donald Trump ?

  • I dont believe in global warming de Banksy
  • Western Flag de John Gerrard
  • Ice Watch d’Olafur Eliasson
  • Antarctica de Lucy+Jorge Orta

I don’t believe in global warming, Banksy, Camden, north London (Photo: Zak Hussein/PA), Western Flag, John Gerrard, Courtesy of the artist, Ice Watch, Olafur Eliasson, Paris (Photo: Martin Argyroglo), Antarctica, Lucy+Jorge Orta (Photo: Thierry Bal)

3/ Quelle artiste a mené un projet autour de l’extraction du mica, ce minéral brillant et feuilleté utilisé entre autres dans le maquillage, dont l’exploitation a de nombreuses conséquences sociales et environnementales ? 

  • Maria Thereza Alves
  • Lara Almarcegui
  • Otobong Nkanga

4/ Quelle était le bilan carbone du Musée du Louvre en 2014 ? 

  • 8 733 tonnes éq. CO2
  • 86 432 tonnes éq. CO2
  • 4 258 890 tonnes éq. CO2

5/ Quelle artiste s’est fait transfuser du sang de cheval, repoussant les frontières de la relation humain-animal ?

  • Marina Abramović
  • Tracey Rose
  • Marion Laval-Jeantet
  • Aucune des trois, c’est impossible !

Marina Abramović (Photo: Manfred Werner), Tracey Rose (Photo: Delwyn Verasamy), Marion Laval-Jeantet (Photo: Rubra Photography)

6/ Dans quelle ville une coalition de galeries d’art a déclaré s’engager à réduire son empreinte carbone et œuvrer pour une transition écologique de l’art ?

  • Shanghai
  • Paris
  • New York
  • Mexico

7/ Le projet Resurrecting the Sublime de l’artiste-chercheuse Sissel Tolaas a réussi le pari fou de ressusciter l’odeur :

  • D’excréments d’un dinosaure
  • De fleurs disparues
  • Du parfum de Cléopâtre

8/ Pour son exposition actuelle à Tokyo Sometimes the river is the bridge, Olafur Eliasson a décidé d’alléger l’impact carbone du transport des ses oeuvres de Berlin à Tokyo. Quel(s) moyen(s) de transport a-t-il choisi(s) ? 

  • En bateau
  • À dos d’ânes
  • En train
  • En camion

9/ Quel(le) compositeur(trice) de musique contemporaine utilisant les sons de la nature a été tué(e) par un ours ?

  • Yosi Horikawa
  • Jana Winderen
  • Julien Gauthier
  • Molécule (Romain Delahaye)

Yosi Horikawa (courtesy of the artist), Jana Winderen (photo: Finnbogi Pétursson), Julien Gauthier (photo: Bertrand Bovio), Molécule (photo: Vincent Bonnemazou)

10/ Engagé sur la défense du récif corallien, le projet Corail Artefact de l’artiste français Jérémy Gobé utilise une matière bien particulière pour régénérer le corail : laquelle ?

  • Des capsules usagées de café en aluminium
  • De la dentelle en coton biologique
  • Des filaments de champignon

11/ Quel musée a été visé par des activistes dénonçant son mécène issu des énergies fossiles  ? 

  • Le Zeitz Museum 
  • Tate Museums
  • Le Guggenheim Museum

12/ Dans Extinct in the Wild (Eteint à l’état sauvage), l’artiste Michael Wang met en scène un animal qui n’existe désormais plus qu’en captivité : lequel ?

  • L’axolotl
  • L’ara de Spix
  • La tortue noire à carapace molle

Axolotl (Photo: Steven Wong), Spix’s macaw (Wikipedia), Black soft-shell turtle

13/ Quel(le) artiste très engagé(e) en faveur de la biodiversité a créé des Hôtels d’amour pour insectes (des sculptures permettant la reproduction nocturne des insectes) ? 

  • Brandon Ballengée
  • Janet Laurence
  • Robert Zhao Renhui

14/  Quelle artiste a écrit par erreur “global worming” au lieu de “global warming” dans l’une de ses œuvres ? 

  • Barbara Kruger
  • Lawrence Weiner
  • Laure Prouvost

 

LES RÉPONSES 

1/ Tomàs Saraceno.
Pour créer ses œuvres en toiles d’araignées, Tomàs Saraceno collabore avec plusieurs espèces d’araignées : Nephila senegalensis, Cyrtophora Citricola, Argiope Anasuja… Cette collaboration unique inter-espèces explore de nombreux champs, au sein du projet Arachnophilia.
Nombre de ces œuvres collaboratives artiste-araignée furent présentées à l’exposition On Air au Palais de Tokyo en 2018.

Plus d’informations, ici.

2/ Western Flag de John Gerrard.
Western Flag est une simulation du premier gisement de pétrole au monde aux Etats-Unis. L’image de cette œuvre a circulé de manière virale sur les réseaux sociaux lors de l’élection de Donald Trump, devenant le symbole de son climato-scepticisme, atteignant plus de dix millions de vues.
Plus d’informations, ici.

3/ Otobong Nkanga.
Son installation In Pursuit of Bling, explore les nombreuses étapes du mica, de son extraction à son utilisation dans le maquillage. Elle nous invite à réfléchir à la valeur que l’on accorde à ces produits « bling » et l’impact environnemental et humain désastreux qui se cache derrière leur chaîne de transformation.
Voir l’interview d’Otobong Nkanga dans Impact Art News

4/ 8 733 tonnes éq. CO2.
Cela représente la fabrication de près de 6 600 tonnes de papier (2 645 000 ramettes) ou la consommation de gazole d’une voiture citadine parcourant 1 150 fois le tour de la Terre !
La cause principale des émissions carbone est le chauffage.

Ce bilan carbone couvre les scopes 1 et 2 (et non 3), ce qui signifie que le transport des visiteurs n’est pas pris en compte, si c’était le cas, ce bilan monterait à plusieurs millions de tonnes, le Musée du Louvre comptant 10 millions de visiteurs par an ! Voir le bilan carbone, ici.

5/ Marion Laval-Jeantet, du duo Art Orienté Objet (France).
Début 2011, Marion Laval-Jeantet s’est fait injecter une importante dose d’hémoglobines et de plasma de cheval pour une performance intitulée May the Horse Live in Me. L’œuvre finale, qui a été filmée, dure 1h15.
Voir la vidéo, ici.

6/ New York.
À New York en juin 2020, 102 propriétaires et employés de galeries se sont unis afin d’établir une « nouvelle norme » pour le secteur de l’art. Ils travailleront ensemble pour privilégier des décisions favorables à l’environnement dans le cadre de leur activité.
Plus d’informations, ici.

7/ Des fleurs disparues.
Hibiscadelphus wilderianus de l’île de Maui à Hawaï, Leucadendron grandiflorum du Cap en Afrique du Sud et Orbexilum stipulatum du Kentucky, Etat-Unis.
Voir l’interview de Sissel Tolaas dans Impact Art News, qui parle de ce projet.

8/ En train, en camion et en bateau.
Les œuvres d’art ont d’abord voyagé en camion de Berlin à Hambourg, puis en train jusqu’à Taicang, Chine, via Malaszewicze, Pologne, et Zabaykalsk, Russie. Une fois arrivées au port de Taicang, elles ont été chargées sur un bateau à destination du Japon. Olafur Eliasson écrit à propos de cette initiative : « Nous devons tous être actifs dans nos propres domaines et à tous les niveaux possibles. Il est maintenant temps d’agir au nom de la planète.»
(Olafur Eliasson est le parrain d’Art of Change 21)

9/ Julien Gauthier.
Le compositeur français de musique contemporaine de 44 ans a été attaqué par un ours alors qu’il était au Canada où il était venu enregistrer des sons de la nature en vue d’une composition. Il descendait le fleuve Mackenzie en canoë-kayak, campant sur le trajet, avec Camille Toscani, une chercheuse en biologie et photographe. Il a été saisi par un grizzli qui l’a transporté dans la forêt. Il a été retrouvé un jour plus tard.
Plus d’informations sur Julien Gauthier, ici.

10/ De la dentelle en coton biologique.
Le jeune artiste contemporain français Jérémy Gobé porte le projet art-science-industrie Corail Artefact qui vise à protéger les récifs coralliens. Il utilise le « point d’esprit », une technique dentellière originaire de la ville du Puy en France, qui est similaire dans sa forme à de nombreux coraux. La dentelle biologique montre une capacité étonnante à capter les larves et ainsi permettre une régénération du récif. Le projet mènera prochainement une expérimentation à très large échelle.
Voir l’interview de Jérémy Gobé dans Impact Art News, qui explique ce projet.
Plus d’informations sur Corail Artefact, ici.

11/ Tate Museums.
Sous la pression d’actions menées (entre autres) par Liberate Tate, BP a mis fin à son sponsoring de 26 ans avec Tate Museums en 2017. 

12/ L’axolotl.
L’artiste et architecte new-yorkais Michael Wang a donné un rôle central à l’axolotl dans son projet Extinct in the Wild (Eteint à l’état sauvage) présenté à la Fondation Prada de Milan en 2017. Selon la classification de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), une espèce est considérée comme « éteinte à l’état sauvage » lorsqu’elle ne survit qu’en culture ou en captivité. C’est le cas de l’axolotl depuis 2006. Cette espèce de salamandre originaire du Mexique vit désormais principalement dans les laboratoires, qui en analysent les capacités régénératrices uniques en monde, cet amphibien étant capable de régénérer ses organes… jusqu’à faire « repousser » un œil perdu.
Voir la présentation de ce projet de Michael Wang dans Impact Art News.

13/ Brandon Ballengée.
Love Motel for Insects (Hôtels d’amour pour insectes) est un projet de long terme de l’artiste américain et biologiste Brandon Ballengée. Démarré en 2001, il compte déjà plus de 20 installations dans le monde. Ces sculptures utilisent les ultraviolets pour attirer les insectes et permettent au grand public de les voir la nuit, dans un principe de science citoyenne.
Plus d’informations, ici.

14/ Laure Prouvost.
Cette erreur concerne son installation The day global warming turned my jumper like this et s’est produite lors de deux expositions, au Palais de Tokyo en 2018 (Ring, Sing and Drink for Trespassing) et au Garage à Moscou en 2019 (dans l’exposition collective The Coming World: Ecology as the New Politics 2030—2100 qui perpétue l’erreur y compris dans le titre de l’œuvre, plus d’informations ici).
Notre perspicace rédactrice en chef Alice Audouin les a immédiatement repérées sur Instagram.

 

Test conçu par Alice Audouin avec la collaboration de Faustine Dehan.

Voir Impact Art News n°21